fbpx

Truc de pro : comment faire un brainstorming productif

Volume 28 - 13 novembre 2020

Quand on évolue dans le domaine créatif, les séances de brainstorming, c’est chose courante. Cette technique d’idéation permet de trouver des idées qui sortent de l’ordinaire, mais aussi, des solutions inattendues à un problème. 

Mais attention ! Un brainstorming, c’est pas juste du monde qui jase en collant des Post-It sur un mur. Ça demande de la structure, de la rigueur et surtout, beaucoup d’ouverture.

Tu veux que ta prochaine séance de brainstorming soit une réussite ? Voici les meilleurs conseils de notre équipe créative !

 

Compose ton équipe de feu

Maintenant que tu as déterminé qui fera partie de ta séance de brainstorming, établis clairement ton brief. Qu’est-ce que tu veux en tirer ? Quel est le problème à résoudre ? Un objectif bien défini permet à l’animateur de s’assurer qu’on reste toujours sur le bon chemin.  

On peut diviser l’exercice en deux parties : la phase « création » et la phase « sélection ». En phase 1, on ouvre les valves et on se laisse aller sans aucune retenue ! En phase 2, on fait le tri et on choisit quelques idées qu’on va creuser plus en profondeur.  

À noter : c’est important d’imposer une limite de temps à la séance, pour mieux la structurer. Aussi, c’est tout à fait correct d’arrêter un brainstorming pour le reprendre un autre jour. Le mood y est pas ? C’est pas grave !

Installe ton carré de sable

Maintenant que tu as déterminé qui fera partie de ta séance de brainstorming, établis clairement ton brief. Qu’est-ce que tu veux en tirer ? Quel est le problème à résoudre ? Un objectif bien défini permet à l’animateur de s’assurer qu’on reste toujours sur le bon chemin. 

On peut diviser l’exercice en deux parties : la phase « création » et la phase « sélection ». En phase 1, on ouvre les valves et on se laisse aller sans aucune retenue ! En phase 2, on fait le tri et on choisit quelques idées qu’on va creuser plus en profondeur.  

À noter : c’est important d’imposer une limite de temps à la séance, pour mieux la structurer. Aussi, c’est tout à fait correct d’arrêter un brainstorming pour le reprendre un autre jour. Le mood y est pas ? C’est pas grave !

Mets-toi dans le bon état d’esprit

Le plus difficile quand on participe à un brainstorming, c’est de mettre ta switch « performance » à off. On se le cachera pas : au début, c’est inconfortable, voire gênant. Mais la créativité, c’est une gymnastique qui se travaille ! 

En mode idéation, la quantité prime sur la qualité. Aucune idée ne doit être rejetée, même si elle a l’air complètement champ gauche. Ça va sonner cheesy, mais c’est vrai : dans un brainstorming, il n’y a pas de mauvaises idées. On note tout, et on fait le tri plus tard.

Le mot d’ordre : ne pas te censurer. Si tu gardes une idée pour toi, tu prends le risque de passer à côté de quelque chose de vraiment intéressant. Par contre, ne fait pas la gaffe de te préparer… c’est la meilleure façon de tuer la spontanéité.

Sois bon joueur

Quand tu arrives avec des idées déjà développées, tu désamorces le brainstorming. Ça part souvent d’un manque de confiance, et ça nuit vraiment à l’expérience. En essayant de faire fitter tes idées, tu vas finir par freiner l’élan collectif. Fais pas ça.

C’est correct d’avoir des idées boboches : c’est la place pour les sortir ! Bien souvent, quelqu’un d’autre peut faire du pouce sur ton idée pour en sortir une autre et, de fil en aiguille, c’est comme ça qu’on trouve des perles. C’est ça, la magie du brainstorming !

Sois prêt à voir tes idées se faire tasser. Quand tu entres dans l’exercice, faut que tu laisses ton ego de côté. Tout le monde est dans le même bateau : si tu développes un sentiment de protection envers tes idées, tu nages à contresens.

Permets-toi de t’amuser

Une séance de brainstorming, c’est censé être le fun ! Range ton cell, sors les bean bags, enlève tes souliers pis laisse-toi aller. Une activité d’idéation, c’est une opportunité de découvrir le p’tit côté givré de tes coéquipiers. 

C’est important de savoir s’amuser, mais de pas gâcher le plaisir des autres, ça l’est tout autant. Un brainstorming, c’est ni une compétition, ni un concours de qui pisse pense le plus loin. Si, pendant que les autres parlent, tu fais que préparer ta prochaine idée, c’est pas fort.

Finalement, une séance de brainstorming, c’est l’occasion de travailler tous ensemble… à la manière du team building. La solution qui va sortir de cette activité, c’est rarement l’idée d’une seule personne. Ça sera plutôt le résultat d’un effort collectif, dont chacun peut être fier !

Bonus : exercices et formation

Cet été, certains de nos Erodien.nes ont suivi une formation à la Factry : « Faire jaillir les idées ». Tu peux retrouver plusieurs des techniques d’idéation qui ont été abordées ce jour-là en consultant le coffre à outils de Benoit Pelletier.

Ça t’intéresse ? Cette formation n’est plus disponible, mais tu pourrais apprendre comment animer efficacement un brainstorming.

Tu veux savoir comment assurer un bon QA, créer un moodboard inspirant ou trouver le nom parfait pour une entreprise ? Va consulter nos autres Trucs de pro !