fbpx

Comment être une bonne personne… en période de rush

Volume 33 - 19 février 2021

Des rushs, ça arrive même dans les meilleures équipes. T’auras beau être aussi tight dans ta planif’ qu’Hermione l’est avec son retourneur de temps, y’a des choses qu’on peut tout simplement pas prévoir. 

T’sais, les travaux d’équipe à l’école ? Ben c’était pas (juste) de la cruauté de la part des professeurs. Ça visait à te préparer à être un humain acceptable rendu sur le marché du travail.

Parce qu’une fois que t’as dû composer une dissertation avec celui qui fait une faute aux trois mots et celle qui vous ghoste après la première réunion d’équipe, un crunch time à la job, c’est de la petite bière.

Mais juste au cas…

Voici comment être une bonne personne en période de rush !

Sois bien préparé

Traverser une période de rush, c’est comme affronter une tempête : quand tu la vois venir, tu peux te préparer à l’accueillir.

Tu gères le projet ?

Assure-toi que ton brief est clair et complet. Quand les minutes comptent, on peut pas juste pitcher ça comme une bouteille à la mer et espérer que le mandat se rende à bon port. 

Vérifie non seulement que tout le monde a bien compris le brief, mais aussi, que chacun a tout ce qu’il lui faut pour exécuter ce qui lui est demandé. 

Tu travailles sur le projet ?

Prends des notes. Tu penses que t’en as pris assez ? Ben prends-en encore ! Une fois dans le jus, ça sera plus le temps de demander à être rebriefé parce que t’auras tout oublié. 

C’est correct d’avoir des questions en cours de route, mais si t’as rien retenu du brief, c’est très insécurisant pour l’équipe. Gère-toi siouplaît.

Sois pas gêné

Une équipe, c’est comme une machine. Si tu repousses une tâche ou que tu la fais à moitié, c’est toute la chaîne qui en paie le prix. Ignorer un problème, ça a jamais rien donné de bon. 

Tu gères le projet ?

N’hésite pas à prendre les rênes : c’est ça qu’on attend de toi. En période de rush, la structure, c’est essentiel. Si tu t’imposes pas, ça va être le chaos… pis on veut pas ça.

Ton équipe a besoin de savoir que tu es là pour garder la bride serrée sur les délais, les attentes du client, les tâches à accomplir, pendant qu’eux, ils s’arrangent pour que ça sorte.

Tu travailles sur le projet ?

C’est ta job de demander des précisions quant au projet, mais aussi, de clarifier les attentes qu’on a envers toi. La dernière affaire que tu veux, c’est travailler dans le beurre.

Le plus important, c’est de lever le flag rapidement quand ça bloque de ton bord. Tu as peur de décevoir ? Personne va t’en vouloir, surtout si tu arrives avec une piste de solution.

Joue pas au héros

En temps de rush, on a pas besoin de loup solitaire ni de superhéros. On a besoin que tout le monde travaille ensemble pour atteindre l’objectif avec les meilleurs résultats possibles.

Tu gères le projet ?

Laisse faire d’essayer de te débrouiller par toi-même. Même si ça part d’une bonne intention, c’est pas la bonne façon de fonctionner et au final, ça sert ni l’équipe ni le client. 

C’est clair : ton équipe aime ben mieux être impliquée dès le départ et travailler avec toi pour passer à travers le rush plutôt que de te regarder courir après ton burn-out, les bras croisés. 

Tu travailles sur le projet ?

T’as pas à bûcher en solo ! Tout le monde préfère que tu demandes de l’aide quand t’en as besoin plutôt que de lui pitcher la patate chaude en panique, le soir avant la date limite.

Ça veut pas dire que la coordo va se percher sur ton épaule et surveiller chaque mouvement de ta souris. Ça veut juste dire que sous la pression, il faut se serrer les coudes. 

Reste positif

T’as peut-être pas le contrôle sur les projets qui te sont attitrés ou sur les délais qui te sont imposés, mais t’as le contrôle sur l’ambiance dans laquelle tu veux travailler. Penses-y bien.

Tu gères le projet ?

Une (grosse) partie de ta job, c’est d’être le contact client. Des fois, c’est le fun, et des fois… ben ça l’est moins. Quand ça rush de notre bord, c’est que ça rush de son bord aussi !

Le client met pas de gants blancs dans ses communications ? Ça ne devrait pas se rendre à l’équipe. Fais donc un petit ménage dans les commentaires ; ça évite bien des frustrations.

Tu travailles sur le projet ?

Essayons de rendre ça le fun, OK ? Travailler sous pression, ça rappelle qu’au-delà d’une gang de professionnels, on est avant tout une équipe. Vois ça comme du team building ?

Les périodes de rush, ça peut être stressant, c’est pas une raison pour être bête. Tu seras pas peut-être pas toujours d’accord avec les retours client, mais don’t shoot the messenger.

Sois un bon joueur d’équipe

Quand on travaille en équipe, on n’est pas en compétition. On veut tous la même affaire ! Notre objectif commun : arriver au bout du mandat en étant fiers de ce qu’on a accompli.

Tu gères le projet ?

Faut t’attendre à avoir à porter une attention particulière aux détails. En période de rush, ça arrive qu’on fasse des erreurs. L’essentiel, c’est qu’on les attrape et qu’on les corrige !

Pour ton équipe, tu vas être un filet de sécurité. De savoir que quelqu’un assure un QA efficace, ça enlève un gros poids sur les épaules de tout le monde.

Tu travailles sur le projet ?

Quand on doit mettre les bouchées doubles, on oublie qui a été engagé pour faire quoi. On met la main à la pâte pour que tout le monde atteigne la ligne d’arrivée en un seul morceau.  

La coordo qui a un français impeccable peut donner un coup de main à la révision. Le designer qui connaît WordPress peut faire de l’intégration Web. Ça, c’est du travail d’équipe !

Ces conseils-là, c’est pas ceux que tu vas retrouver en tapant « Comment survivre à une période de rush » sur Google. C’est des leçons qu’on a apprises, des fois par erreur. Des erreurs qui ont fait de nous (on l’espère) des meilleures personnes.

Tu veux devenir un meilleur humain ? Ici, on jase de comment être une bonne personne… au bureau.